Sommaire

Sommaire

Recherche

Nous suivre

newsletter facebook twitter

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.
L'actualité de l'École alsacienne
mai 2018
article publié par Brice Parent, le 29 mai 2018.
Lire l'article /

Le 50e voyage à Rome vient de s’achever.

Cet anniversaire a été dignement fêté, vendredi 18 mai 2018, à Ostie par la présentation de trois spectacles et des discours.

Merci à tous ceux qui ont participé à cette célébration !

Les spectacles

  •  5e2 : Orphée
  •  5e3 : Rome vu par les romanciers
  •  5e6 : La fontaine de Trévi

    Discours de Michel Marbeau, professeur d’histoire et géographie
    Le joli mois de mai à Rome

    Le joli mois de mai, au ciel bien bleu, l’herbe bien verte d’Ostie sur laquelle nous avons pu déguster une sympathique collation il y a peu de temps et les blanches pierres du théâtre sur lesquelles vous êtes tous assis ont vu se succéder de nombreuses décuries, que dis-je, des légions entières d’élèves de l ‘École alsacienne. Quelques VIID élèves, soit 7500 à quelques légionnaires près en 50 voyages.

    Tout comme les constructions romaines étaient faites pour résister au temps, le voyage a Rome a su perdurer. Vous rendez-vous compte cinquante voyages ! Pour ma part, moi qui commence à avoir quelques années d’ancienneté dans ce vénérable établissement, je n’en suis qu’à mon 20e voyage d’affilée et j’ai dû me contenter d’emmener quelques 700 élèves en ayant une et parfois deux classes de 5e en responsabilité.

    Il faut remercier encore la joyeuse équipe constituée de Georges Hacquard, ancien et mythique directeur de l’Ecole alsacienne et de Catherine Dumontet, d’avoir eu cette belle initiative en 1969. « La glorieuse expédition romaine » a été le prélude à la création de tout un « enseignement sur le terrain » dans plusieurs classes. Le voyage à Florence en seconde en est le meilleur exemple. L’expérience romaine a aussi entrainé la création la même année d’une association, l’AVES (Association pour l’organisation de voyages d’étude scolaires), qui contribue largement encore chaque année à organiser ce voyage. Éliane Bureau ici présente en est le fer de lance. Qu’elle en soit vivement remerciée. On ne doit pas oublier non plus le discret travail, mais au combien essentiel, des CPE de collège de l’École et notamment son actuelle titulaire, Évelyne Benso, sans oublier Catherine Guillaud quelques années auparavant.

    50e voyage, mais ce n’est plus tout à fait le même. Les toges, les flutes, les cigognes ne sont plus là, juste quelques-unes d’anciens élèves. Les temps changent et c’est bien comme cela. Cependant les bobs rouges, les jeux du cirque et le rallye d’Ostie sont toujours de mise et la plupart des incontournables monuments de la Rome antique également. Ils constituent donc un tronc commun. Le voyage n’est plus autant centré sur l’Antiquité, c’est lié notamment à l’évolution des programmes scolaires et au souhait de respecter des projets de classe. Le Moyen-âge, la Renaissance et la période baroque sont pris en compte, sans oublier la période contemporaine avec les studios de Cinecittà, ou le Maxxi par exemple. N’oublions pas, et c’est tout l’intérêt de Rome, que ce site concentre 2771 ans d’histoire continue. Peu de lieux dans le monde peuvent se prévaloir d’une telle continuité. Mais on ne s’est pas toujours arrêté à Rome ce sont parfois aussi ses environs : Tivoli, les Castelli Romani, Cerveteri bien sûr.
    Il est évident que les nouvelles générations de professeurs de l’Ecole alsacienne, contribueront à faire encore évoluer ce voyage. Rappelons que les nouvelles générations de professeurs ont toujours été intégrées dans les équipes grâce à de tels voyages, comme des plus anciens l’ont également été.

    Nous sommes aussi heureux de renouer avec une tradition ancienne, c’est-à-dire participer à cet événement avec d’autres établissements, aujourd’hui le lycée français de Panama, que nous saluons chaleureusement.

    Georges Hacquard avait la volonté de contribuer à décloisonner les disciplines et d’ouvrir l’enseignement – trop souvent abstrait – sur les réalités, grâce à un contact personnel et direct, comme l’écrivait en juin 1969 l’auteur d’un article de la revue L’Education, organe de l’Institut pédagogique national, ventant les mérites de ce voyage. Ce dernier s’inscrit aussi dans la tradition du « grand tour » qui débuta vers la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle. L’Italie, et Rome plus particulièrement, est alors devenue une destination privilégiée pour des jeunes gens de bonne famille qui allaient ainsi compléter leurs humanités.

    Mais ce voyage va bien au-delà. C’est la mémoire d’une promotion. Le premier grand voyage à l’étranger avec tout un niveau. Ce sont des souvenirs communs qui dépassent bien évidemment l’histoire des lieux. C’est une ambiance, ce sont des couleurs, ce sont des odeurs, c’est une chaleur agrémentée par la fraicheur de toutes les fontaines. C’est une langue ancienne, comment peut-on oublier les mots frigidarium, caldarium, domus et insula ? C’est une belle langue contemporaine, chantante. C’est une gastronomie bien sûr. C’est l’occasion de voir des accompagnateurs, notamment les professeurs, sous un autre jour. C’est la réunion de toutes les familles de l’École, les élèves, les professeurs, mais aussi les parents et les anciens élèves. C’est la frénésie d’une ville en mouvement continu un gigantesque chantier permanent. Les monuments, les pierres ont ici un statut spécifique, comme le rappelle Dominique Fernandez. « Chaque vestige, en vieillissant, a pris une beauté propre, est devenu lui-même monument, indépendamment de la fonction qu’il occupait lorsqu’il n’était qu’un élément dans un ensemble architectural. À Paris, à Londres, les pierres n’ont qu’une fonction ; à Rome elles sont un être. Elles vivent par elles-mêmes, autonomes, splendides, avec leur grain, leur couleur, leur odeur. » Rome, C’est enfin le plaisir de se retrouver tous là, de partager tout cela en commun. Combien d’anciens élèves continuent-ils à vouloir inscrire leurs enfants à l’École alsacienne pour que leur progéniture vive ces moments qui les ont marqués à vie et contribué à créer des amitiés indéfectibles que le temps ne parvient pas à laminer. Peut-être, chers élèves, lorsque le moment sera venu voudrez-vous faire de même !

    Michel Marbeau
    18/05/2018, théâtre d’Ostie

    Discours de Marine Nahooray, présidente de l’AAEEA

    Vous me connaissez comme Mme Nahooray, professeur d’anglais. Je suis aussi mère d’élève, ancienne élève, et présidente de l’Association des Anciens Elèves de l’Ecole alsacienne. Je suis également la petite fille de Georges Hacquard.

    Mais qui est Georges Hacquard ?

    Georges Hacquard, directeur de l’EA pendant 33 ans. Il est à l’origine de la création de l’AVES avec Mme Dumontet, grâce à laquelle le voyage à Rome est né et perdure depuis 50 ans.

    J’aimerais de tout mon coeur remercier Eliane Bureau, qui depuis tant d’années nous épaule, et nous est d’une aide précieuse.

    Je n’oublie pas non plus Evelyne Benso, sans qui ce voyage ne serait pas possible aujourd’hui.

    Un grand merci également à Pierre de Panafieu, qui nous a toujours soutenus, et pour preuve, il est ici aujourd’hui, accompagné de Brice Parent. Tous deux anciens élèves également, tout comme ceux de la promotion 82 qui nous ont rejoints pendant ce voyage.

    Grâce à vous, aussi, la transmission est assurée.

    Ad Nova Tendere Sueta.

    Discours de Pierre de Panafieu, directeur de l’École alsacienne

    Comme Michel Marbeau l’a si bien dit, le voyage à Rome s’inscrit dans la pédagogie de l’École. Mais si Georges Hacquard a su saisir au vol la proposition de Catherine Dumontet, malgré le caractère très déraisonnable d’une opération qui consistait à affréter un train (pas encore un avion...) pour lâcher des décuries dans la ville éternelle, c’est parce qu’il savait que c’était dans la nature de cette maison que de mettre en contact direct les élèves avec les objets qu’ils devaient étudier.

    Contrairement à une légende tenace, je n’ai pas participé au premier voyage à Rome. Pas plus que je n’ai été témoin du sac de Rome par les troupes de Charles Quint en 1527, ni de la chute du pauvre Romulus Augustule, en 476. Non. Mais je m’en souviens très bien, du premier voyage de l’École à Rome. Car ma sœur aînée était du voyage. Et mon oncle était ambassadeur de France à Rome et avait ouvert le Palais Farnèse à toute la troupe, à la grande satisfaction de Georges Hacquard. Donc, avant même que j’y participe, le voyage était déjà inscrit dans la saga familiale.
    Ai-je des souvenirs de mon propre voyage ?

    Cette question doit vous paraître bien étrange.

    Vous avez en tête toutes les péripéties de votre propre voyage, et vous disposez d’un truc bien pratique qui n’existait pas quand j’avais votre âge, et qui vous permet de prendre en photo ou de filmer tout ce que vous voulez...et qui vous sert même accessoirement de téléphone.

    Alors oui, j’ai des souvenirs.

    Une amie m’a même envoyé une photo de moi à Rome. J’avais les cheveux très longs et beaucoup plus denses que maintenant. Une chemise à fleur, c’était la mode...quelques années plus tard. J’étais en avance. Un sac militaire en bandoulière. Là aussi, j’étais précoce.

    Quelques souvenirs en vrac :
    Je me souviens du lieu d’hébergement. Un bâtiment lugubre, avec des chambres où nous étions nombreux, à n’être pas très sages, je l’avoue. De très longs couloirs qui permettait à M. Babinot (monsieur Babinot était notre Madame Benso à nous). Il était professeur de sport, ancien champion olympique de cyclisme. Il avait la spécialité de nous courir après quand nous avions fait des bêtises et il parvenait, en courant, à nous donner des coups de pieds au derrière. Autres temps, autres mœurs.
    Je me souviens de nos sandwichs. Je n’avais jamais mangé de sandwiches aux nouilles froides. Je n’en ai jamais plus mangé.
    Je me souviens des jeux du cirque. Nous étions très nombreux, au Circus Maximus, des élèves de l’Ecole et des élèves d’autres écoles. À l’époque, il y avait Stanislas, Saint Michel de Picpus, le lycée de Montgeron. L’ambiance était chauffée à blanc. Les lazzis, les commentaires désagréables fusaient de partout. J’avais cru malin de m’associer à mes deux amis les plus rapides pour la course de char. Mal m’en a pris. Ils accélérèrent si brutalement qu’au bout de deux mètres j’étais par terre et au bout de 150 mètres je lâchais la ceinture de mes camarades après avoir été lamentablement trainé sur toute la longueur de la course.
    Je me souviens qu’au Forum, je devais présenter la maison des vestales. Leur sort m’avait particulièrement ému.
    Je me souviens que c’était ma première année à l’École et que je ne me sentais pas du tout un nouveau. J’imagine le tête que j’aurais faite si un aruspice avait prédit qu’un jour, ici même, je m’adresserait à des élèves de l’école alsacienne en qualité de directeur…

    Oui, je me souviens de mon voyage à Rome, mais je voudrais ne pas oublier...

    Ou, plutôt, je m’en m’en voudrais d’oublier de remercier tous vos professeurs, les parents, les anciens élèves (il en est qui arrivent à cumuler les trois casquettes…n’est-ce pas Marine ?) qui vous ont accompagnés tout au long de ces journées si longues et si riches. Sans eux, le voyage n’aurait pas eu lieu. Sans eux, nos élèves n’auraient pas accumulé tant de savoirs, d’images prégnantes, … et de futurs souvenirs éblouis.

    Et puis, the last but not the least, comme on dit aussi à Rome, je voudrais associer à cette fête du savoir et de l’amitié, Guillaume Fabrejon et Evelyne Benso et avec eux Eliane Bureau, qui, pour l’AVES, ont depuis de très longs mois, et jusqu’au dernières minutes du voyage, veillé sur la bonne marche des choses et ont fait, et font mille miracles pour que vous puissiez vivre ces moments qui, croyez-moi, compteront dans votre vie.

  • Diaporama
    IMG_3340IMG_3342IMG_3344IMG_3350IMG_3355IMG_3356IMG_3357IMG_3361

    Vous pouvez aussi consulter l'intégralité de l'album sur notre galerie Flickr.

    Atelier théâtre 5e - vendredi 8 juin à 14h et 20h
    article publié par Romain Borrelli, le 29 mai 2018.
    Lire l'article /

    Par les élèves de l’activité annexe théâtre de 5è

    Inscription en ligne obligatoire pour la représentation de 20h


    Le Festin de Pierre est une comédie de Molière en cinq actes et en prose
    dont la « Troupe de Monsieur frère unique du roi » donna quinze
    représentations triomphales en février et mars 1665 sur le théâtre de la
    grande salle du Palais-Royal à Paris. Les premiers éditeurs parisiens de la
    pièce lui ont donné en 1682 le titre Dom Juan ou le Festin de Pierre, sous
    lequel elle est connue depuis lors. Elle est également connue sous le titre
    abrégé Dom Juan.

    Le spectacle, où se mêlent tous les registres, du comique farcesque au
    sérieux, voire au tragique, est accueilli avec enthousiasme par le public
    parisien, mais fait l’objet d’une violente attaque au lendemain de sa création.
    La pièce ne sera jamais reprise ni imprimée du vivant de son auteur.
    Délaissée jusqu’au milieu du xixe siècle au profit de la version en vers que la
    veuve et les compagnons de Molière avaient commandée à Thomas
    Corneille en 1676, elle fut peu représentée jusqu’à ce qu’en 1947 et 1953,
    Louis Jouvet puis Jean Vilar la fassent redécouvrir au grand public. Elle est
    aujourd’hui considérée, à l’égal du Tartuffe et du Misanthrope, comme l’un
    des chefs-d’œuvre de Molière et de la dramaturgie classique française.

    Cette année, nous avons travaillé autour du personnage de Dom Juan et
    avons exploré ensemble, à travers ses différentes rencontres, un personnage
    complexe et touchant.

    Comment vit-il ses dernières journées ? Comment en est-il arrivé là ? Quelles
    sont les conséquences du mensonge et de l’hypocrisie envers soi-même et
    les autres ?

    Et comment se fait-il que même ceux qu’il a fait souffrir "y reviennent" ! Et
    même restent auprès de lui ?!!
    Nous avons mâché "la langue de Molière", tenté de nous l’approprier.
    Nous avons joué à être plus Grand que nous. A parler plus Fort que nous.
    Nous avons fait du Théâtre !!
    Et nous espérons que cette histoire d’hier résonnera en vous aujourd’hui !


    Utilisation des données personnelles - RGPD
    Conformément à nos engagements, l’École alsacienne s’engage à garantir la confidentialité et la sécurité des données personnelles.
    Nous collectons des données personnelles au travers de ce formulaire Weezevent afin d’établir la liste des participants et de pouvoir organiser dans de bonnes conditions ce spectacle.
    Nous pouvons également utiliser l’adresse mail, et/ou le numéro de téléphone portable, afin de fournir aux participants des informations concernant l’évènement (rappel, annulation, modification, …).
    Aucune exploitation commerciale de ces données ne sera réalisée, ni aucune session à un tiers.
    Ces données ne seront conservées, au-delà de l’évènement, par l’École alsacienne, qu’à des fins d’archivage.
    Enfin, la société Weezevent est elle-même en conformité avec le RGPD.

    Document(s) joint(s)
    affiche_dom_juan.pdf
    22 mai 2018
    PDF / 201.2 ko
    Atelier théâtre 6e - jeudi 7 juin 2018 à 14h et 20h
    article publié par Romain Borrelli, le 29 mai 2018.
    Lire l'article /

    Réservation indispensable pour la représentation de 20h :


    Une création de Françoua Garrigues et Aurore Monicard (Compagnie InfraKtus)

    avec Ennemond BIZOT, Luce BURGUBURU CHARVET, Côme GAUDEZ, Darius GRAZIANI, Clémence GRIBAUDO, Raphaël GUITTON, Malouane KERRICHE, Alice LEBEUF, Margot LE BIHAN, Jeanne MASTAIN, Camille MERIMEE, Aurélien MORVAN, Camille ROBIN, Salma SAIDOUNE, Dashiell SCHAEFFER, Salomé SCHMIDT, Joseph SERVAT-GUEDJ, Avril TENET, Blanche THELLIER et Louis YOON-SEUX

    Note d’intention : L’égalité est un principe, une règle générale qui dit que les individus doivent avoir les mêmes droits et être traités de la même manière dans une même situation. L’égalité ne signifie pas que tout doit être uniforme et que nous devons tous être pareils.

    Mais l’égalité de droits ne permet pas toujours d’arriver à l’égalité dans la vie réelle. Il existe de nombreuses différences qui se traduisent par des avantages ou des désavantages.

    Certaines de ces différences peuvent produire des inégalités importantes. Par exemple, une différence de sexe, d’âge, d’appartenance ethnique, d’origine sociale peut devenir une inégalité lorsqu’elle entraîne une discrimination : ne pas trouver d’emploi, être maltraité, victime de racisme...

    C’est sur ce thème que nous avons choisi des textes fondateurs, politiques, journalistiques, théâtraux, poétiques et que nous avons improvisé afin de vous offrir un spectacle drôle, émouvant et profondément positif.

    Billetterie Electronique : réservation en ligne obligatoire pour la représentation de 20h

    Utilisation des données personnelles - RGPD
    Conformément à nos engagements, l’École alsacienne s’engage à garantir la confidentialité et la sécurité des données personnelles.
    Nous collectons des données personnelles au travers de ce formulaire Weezevent afin d’établir la liste des participants et de pouvoir organiser dans de bonnes conditions ce spectacle.
    Nous pouvons également utiliser l’adresse mail, et/ou le numéro de téléphone portable, afin de fournir aux participants des informations concernant l’évènement (rappel, annulation, modification, …).
    Aucune exploitation commerciale de ces données ne sera réalisée, ni aucune session à un tiers.
    Ces données ne seront conservées, au-delà de l’évènement, par l’École alsacienne, qu’à des fins d’archivage.
    Enfin, la société Weezevent est elle-même en conformité avec le RGPD.

    Document(s) joint(s)
    egalite_affiche.pdf
    22 mai 2018
    PDF / 565.2 ko
    Ensemble vocal - Vendredi 1er juin 2018 à 14h et 20h
    article publié par Romain Borrelli, le 28 mai 2018.
    Lire l'article /

    Un spectacle proposé par l’ensemble vocal de l’Ecole alsacienne

    Billeterie électronique : réservation obligatoire pour le spectacle de 20h !


    Depuis de nombreuses années le travail du CREA d’Aulnay-sous-Bois a été une référence pour moi dans le travail du chœur de jeunes.

    J’ai assisté en 2013 à leur spectacle Rutabaga qui m’a beaucoup émue ; et je me suis promis d’en faire un jour un projet pour nos élèves.

    Cette période, riche en drames terribles mais aussi en appétit de vivre ; a donné naissance à de nombreuses chansons : c’est l’époque de la valse musette, et du swing des zazous.

    Ces chansons présentent donc le quotidien des français pendant l’occupation : l’attente du retour des soldats (« J’attendrai », « Où sont-ils tous mes copains »), le combat de la Résistance avec ses chants de partisans ; mais aussi l’humour (« Je suis swing ») et l’amour (« Mon amant de St Jean »).

    Ce spectacle m’a aussi donné l’immense plaisir de travailler avec d’autres acteurs de l’école : l’option théâtre de 1ère (animée par Richard Sack), deux élèves de l’atelier de musique de chambre, Eric Renault, Julie Gay et des élèves des classes de 3emes.

    Qu’ils en soient tous chaleureusement remerciés.

    Bon spectacle à tous !

    Sylvie Sivann

    Document(s) joint(s)
    affiche_version_2.pdf
    22 mai 2018
    PDF / 369.9 ko
    article publié par Romain Borrelli, le 22 mai 2018.
    Lire l'article /

    "Du 29 avril au 6 mai, les 31 élèves d’italien de 3e ont effectué le traditionnel séjour linguistique à Livourne en Toscane accompagnés de leur professeur Clara Moressa et leur assistante d’italien Ninetta Strano. Comme tous les ans, ils ont suivi des cours d’italien le matin, effectué plusieurs visites l’après-midi.
    Cette année, une nouvelle activité leur a été proposée : un cours de cuisine italienne. Sous le contrôle vigilant d’Alessandro, cuisinier italien, chacun a appris à préparer des pâtes fraîches et est reparti avec sa petite boîte de raviolis : beaucoup de fous-rires et une belle satisfaction pour tous !
    Un autre moment fort a été la soirée offerte par les élèves aux familles italiennes qui les ont hébergés. Au café-théâtre de la ville, nos élèves ont présenté 31 sites italiens du Nord au Sud de la péninsule pour un beau voyage de découvertes parfois très étonnantes et un concert de chansons italiennes : accompagnés par la guitare et le violon, ils ont chanté des titres aussi célèbres qu’émouvants allant de "Vieni via con me" de Paolo Conte à "Il cielo in una stanza" de Gino Paoli à l’incontournable "Bella Ciao".
    Bravo à eux tous pour leur enthousiasme, leur fraicheur et leur curiosité ! A présent, tous les élèves peuvent l’affirmer : "L’Italie est tellement plus belle quand on parle sa langue !"
    Clara Moressa

    L’heure du vote !
    article publié par Romain Borrelli, le 22 mai 2018.
    Lire l'article /

    Vendredi 4 mai, les élèves ont voté pour le Prix des Incorruptibles, un projet citoyen et démocratique.
    Ce prix a pour objectif de changer le regard des jeunes lecteurs sur le livre. Il propose des sélections d’albums et de romans de qualité à un maximum d’enfants afin de les amener à la lecture plaisir. Il donne la parole aux jeunes lecteurs et valorise leur vote. Les livres de la 29e édition du Prix ont été choisis par 119 comités de lecture départementaux, soit plus de 1100 professionnels du livre et de l’éducation répartis à travers la France.
    Pendant plusieurs mois, les élèves du collège et du lycée ont lu une sélection d’ouvrages correspondant à leur niveau. Les élèves ont pu se forger une opinion personnelle sur les titres en compétition et ont appris à argumenter leur choix. Vendredi 4 mai, l’heure du vote était enfin arrivée et il était temps de soutenir leur livre préféré.
    Cartes de votes, bulletins, isoloirs, pendant l’heure du déjeuner les élèves se sont déplacés au CDI pour exprimer leurs voix.
    Le vote s’est passé dans les règles de l’art et totalement géré par les élèves eux-mêmes. Chacun avait une tâche : vérification des listes d’élèves, liste d’émargement, les cartes de vote, dépouillement, etc.
    Les lauréats du Prix des Incorruptibles de 2018 sélectionnés par les élèves de l’Ecole alsacienne sont :
    Sélection 6e : Alexandre Chardin, Le Goût sucré de la peur (Babelio)
    Sélection 5e / 4e : Muriel Zürcher, Robin des Graffs (Babelio)
    Sélection 3e / Lycée : Eric Sénabre, Le Dernier songe de Lord Scriven (Babelio)
    Comme toutes les écoles participant à ce prix, nous allons transmettre les résultats de ce vote, et les auteurs et illustrateurs lauréats au niveau national seront annoncés le vendredi 1er juin.
    Les Documentalistes

    15-20 mai 2018
    article publié par Romain Borrelli, le 22 mai 2018.
    Lire l'article /

    Les élèves de la classe de 1eL, accompagnés de leurs professeurs de français et d’histoire géographie, ont effectué un séjour en Grèce du mardi 15 au samedi 19 mai 2018. Ils ont alterné les visites historiques et les révisions en vue du baccalauréat de français.

    Leur voyage au jour le jour :

    15/05/2018
    Nous avons passé une très bonne première journée à arpenter l’Agora et les collines du Pnyx et de l’aérogare sous un beau soleil et une chaleur raisonnable.
    Demain matin nous attaquons l’Acropole avant de partir pour Delphes.
    Les élèves sont en forme malgré un réveil très matinal.

    16/05/2018
    Sous une chaleur un peu étouffante à Athènes et un soleil voilé, l’Acropole a dévoilé certains de ces mystères à des L fatigués mais sous le charme. Les korai ont eu plus de succès que le moschophore !
    La découverte du jour reste sans nul doute que frises et statues pouvaient être peintes !
    Bien arrivés à Delphes avec une vue merveilleuse : les premières révisions commencent malgré la fatigue.

    17/05/2018
    Aujourd’hui un vrai émerveillement pour cet « absolu du paysage », des mystères de ce lieu que nous avons découvert tour à tour sous un ciel menaçant puis un soleil éclatant.
    Hosios Loukas véritable havre de paix où d’un commun accord nonchalant nous avons prolongé l’étape.
    Initiation aux cafés à la grec pour certains ! Passage du canal de Corinthe avant d’être accueillis comme des princes par Christina et Georgios : repas pantagruélique et délicieux.

    18/05/2018
    Matinée studieuse.
    Après midi à Mycenes et Némée.
    D’excellents exposés sur les Atrides Œdipe.
    Soirée sur la plage avec petite veillée.

    On se pose la question : est ce indispensable de rentrer ?

    19/05/2018
    Epidaure et Nauplie sous une forte chaleur.
    Une séance de français de 2h et en route pour la soirée pizza.

    20/05/2018
    Ils ont été parfaits jusqu’à la fin !

    Diaporama
    IMG_7390IMG_7385IMG_7427IMG_7443IMG_7383IMG_7444IMG_7361IMG_7367IMG_7368IMG_7371IMG_7340IMG_7375IMG_7378CB90C0E1-CA23-4ACA-AC8D-BF5806A8DC5AIMG_7493IMG_7467IMG_7326IMG_7328IMG_7330IMG_7334IMG_7310unnamed-5unnamed-7unnamed-6IMG_7501IMG_7503IMG_7504IMG_7502

    Vous pouvez aussi consulter l'intégralité de l'album sur notre galerie Flickr.

    du lundi 14 au vendredi 18 mai 2018
    article publié par Benso, Romain Borrelli, le 14 mai 2018.
    Lire l'article /

    Comme tous les ans depuis 1969, les élèves de Cinquième seront en voyage à Rome, du lundi 14 au vendredi 18 mai 2018.

    Il s’agira cette année de la cinquantième édition de ce voyage crée par Georges Hacquard.

    Les 169 élèves de 5e seront accompagnés par des professeurs, des membres du personnel, des parents d’élèves, des anciens élèves.

    Retrouvez dans cet article :

  •  les dernières nouvelles du voyage
  •  les informations pratiques

    Départ / Retour

    ALLER
    RV à Roissy CDG lundi 14 mai à 6 heures, Terminal 3
    Départ à 8 heures
    Arrivée à Rome Fiumicino, T3, à 10 heures.

    RETOUR
    ​Arrivée à Roissy CDG, T3 à 20h50.


    jeudi 17 mai 2018 - 09h30

    Mercredi matin, suite à l’annulation des jeux, toutes les classes se sont organisées : visite musées du Capitole, visite de la centrale Montemartini.

    Le temps a été clément hier et aujourd’hui grand beau temps et beau soleil. La journée promet d’être belle. Les classes poursuivent leurs visites dans la bonne humeur.

    E. Benso

    mardi 15 mai 2018 - 22h50
    Bonsoir,
    Ce mardi fut pluvieux. Les classes ont toutefois pu faire leurs visites respectives. La pluie est prévue demain et nous avons donc malheureusement pris la décision d’annuler les jeux pour des raisons de sécurité.
    Nous adapterons le programme de demain en conséquence.
    Ce soir, nous avons fêté les 50 ans du voyage avec un magnifique gâteau. Un moment bien émouvant et très touchant.
    Prochaines nouvelles demain.
    E. Benso

    lundi 14 mai 2018 - 22h10
    Nous avons passé une très belle première journée à Rome.
    Tout le monde va bien et l’ambiance est au beau fixe.
    Assez beau temps aujourd’hui : le soleil a pointé son nez pour notre plus grand bonheur.
    Demain matin, selon les classes, St Pierre de Rome, Colisée, château St Ange, Panthéon, villa Médicis, etc.
    Ce soir, les enfants se sont couchés à 21h30 pour une bonne nuit de récupération !
    E. Benso

    lundi 14 mai 2018 - 10h15
    Nous venons d’atterrir. Tout s’est très bien passé.

    lundi 14 mai 2018 - 07h55
    Tous embarqués ! Vol prévu à l’heure

  • Diaporama
    RomeIMG_0396IMG_03972D71B007-72AB-4AE1-BD93-6E1C5C841F565E8E83C4-7814-48DE-938B-1FABFE0D8AB95EA04389-9C76-4862-B0C6-E49B98151C3EA1B5FFBA-2AF7-4154-B99F-694186808477CB2A1C4F-DD28-4BEF-AD5C-22638D7D7BC8Resized_20180514_143048_6463Resized_20180514_131116_502IMG_5220Resized_20180515_152038_4192BAE316E-21D8-41DA-9D0A-F227AFCE15FB5F1BB23A-1BB4-4C4E-A457-E15B2726F1B77D3E8C47-E8A8-47FC-B42B-2DBD35C26AF8459C4016-E75E-46FC-A144-5DDD690F8C60765B6AE6-D747-4FC1-B329-1523273827296030C709-684A-4408-BEDE-8ECB0DC43C941CA88E83-D8E5-4D10-AE36-AD4EAFA133E81D305FAF-EEE2-47E3-9D54-1071E30C49C8IMG_0435IMG_0436IMG_0431IMG_0428IMG_0430IMG_0425Resized_20180516_142842_6236Resized_20180515_170357_6075Resized_20180516_162403_7087IMG_3340IMG_3342IMG_3344IMG_3350IMG_3355IMG_3356IMG_3357IMG_3361IMG_3307IMG_3303IMG_3300IMG_3313IMG_3316IMG_3329IMG_3318IMG_3315IMG_3331

    Vous pouvez aussi consulter l'intégralité de l'album sur notre galerie Flickr.

    Atelier théâtre 4e/3e - jeudi 18 mai 2018 à 20h
    article publié par Romain Borrelli, le 14 mai 2018.
    Lire l'article /

    Une pièce proposée par les élèves de 4è/3è de l’activité annexe théâtre
    Mise en scène de Blaise Pettebone et Juliette Léger.

    Le jeudi 17 mai 2018

  •  à 14h00 : représentation réservée aux élèves de l’École alsacienne
  •  à 20h00 : représentation ouverte au public, réservation indispensable à l’aide du formulaire ci-dessous

    Raconte !
    durée : environ 50 min

    L’histoire :

    Un groupe de collégiens est perdu dans la forêt.
    Pour tenter de retrouver leur chemin, ils se séparent en petits groupes.
    Et c’est là que les ennuis commencent !
    Certains vont croiser la route de quelques personnages de contes, tels le Chapelier fou ou encore le Chat botté, tandis que d’autres vont petit à petit plonger dans la forêt dense et incarner certaines figures bien connues comme le loup ou le petit chaperon rouge.
    Mais à la fin tout finit bien ! Evidemment ! Les enfants seront sauvés !
    La forêt sera le reflet de leurs peurs et de leurs désirs, à travers la mythologie des histoires pour enfants et de notre imaginaire collectif.

    « Car telle est la fonction du conte : amener le spectateur, en lui suggérant autre chose, à voir ce qu’il a devant les yeux. »

    Paul Auster, L’Invention de la solitude.

    « La fonction de l’imaginaire n’est pas de fuir le réel, elle est tout au contraire de produire le réel (...). »

    Marcel Schneider, Jours de féerie.

    Note d’intention

    Nous avons choisi de partir de l’essentiel : Comment est-ce que l’on raconte une histoire ?
    Et quelle importance ces histoires peuvent prendre dans la vie de tous les jours, de la cour de récrée au diner entre amis ou en famille, on ne cesse de se raconter des histoires.
    Nous allons donc nous attaquer à toute une série de contes, nous allons piocher dans plein de sources différentes et vous aurez la tâche de fournir aussi de la matière avec vos propres petites histoires que vous pourrez inventer et que nous transformerons en matière théâtrale.
    Bref, on se la raconte !
    Comme matière on partira bien su
    ûr des classiques, comme Perrault, Grimm et même La Fontaine mais nous irons aussi chercher dans des nouvelles et autres courts récits plus contemporains.
    Le résultat final sera probablement proche d’une soirée au coin du feu où chacun raconte des histoires, qui font pleurer, rire, ou effrayantes !

  • Atelier théâtre 4e/3e - vendredi 18 mai 2018 à 20h
    article publié par Romain Borrelli, le 14 mai 2018.
    Lire l'article /

    Une pièce proposée par les élèves de l’activité annexe théâtre de 4è/3è
    Mise en scène et adaptation de Shane Haddad et Lou Hacquet-Delepine

    Le vendredi 18 mai 2018

  •  à 14h00 : représentation réservée aux élèves de l’École alsacienne
  •  à 20h00 : représentation ouverte au public, réservation indispensable à l’aide du formulaire ci-dessous

    La pièce : Le Révizor, de Nicolas Gogol

    Durée : 1h environ

    L’histoire :

    « N’accuse pas le miroir si tu as la gueule de travers » ; voilà une phrase de Gogol qui saurait résumer cette comédie. Tous les personnages de l’intrigue ne cessent de reporter la faute sur l’autre, en oubliant volontiers leur dignité, et en provoquant, avec plaisir, notre rire étonné !

    Dans une province reculée de Russie, le maire et tous les habitants pensent qu’un révizor est arrivé, incognito… Ils s’en vont à coups de courbettes lui graisser la patte, et jouer le jeu d’un village profondément vertueux, quand tout est exactement le contraire. Nous assistons alors à tous les messes-basses, les hypocrisies et les mensonges de ces personnages qui n’hésitent pas à se présenter au Révizor. Reste à savoir si ce dernier est celui qu’il prétend être…

    Note d’intention :

    La pièce Le Révizor nous a intéressées pour toutes les richesses qu’elle offrait. D’abord, l’histoire est drôle, captivante, et dit beaucoup de choses sur une certaine période de la Russie. Nous avons fait un travail préliminaire d’explication de la pièce pour qu’aucun détail ne reste flou.
    Il s’agit aussi d’une pièce qui demande un jeu rythmé, et très dynamique. Nous voulions donner aux élèves l’opportunité d’expérimenter un théâtre vif et rigoureux, pour leur donner des bases techniques, et pour qu’ils comprennent à quel point leurs corps comptent sur la scène.
    Le sous-texte de cette pièce est aussi passionnant, parce qu’il appelle à une compréhension de certains codes de société, de manières d’être en public. Nous voulions que les élèves s’essayent à un jeu subtil, les ouvrir à cette dimension d’analyse d’un personnage, et qu’ils y trouvent matière à interprétation.
    Mais surtout, nous voulions monter une comédie. Nous avons voulions que les élèves s’amusent dans la réalisation d’un travail en profondeur, et donner des fondements solides à travers des personnages loufoques, dont les traits sont particulièrement grossis, burlesques, et plaisants à jouer.

  • 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 330

    École alsacienne - établissement privé laïc sous contrat d'association avec l'État

    109, rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris | Tél : +33 (0)1 44 32 04 70 | Fax : +33 (0)1 43 29 02 84