Sommaire

Sommaire

Recherche

Nous suivre

newsletter facebook twitter

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Créations électroacoustiques

Article du 16 mars 2015, publié par Daniel Faugeron (modifié le 16 mars 2015 et consulté 384 fois).

Dans le cadre de la 13e semaine cinéma, des élèves de l’option musique de Sylvie Sivann ont présenté deux courts métrages de Georges Méliès, Les cartes vivantes et
Les Nouvelles luttes extravagantes, illustrés par leurs créations électroacoustiques.
Voici la présentation que deux d’entre elles en ont faite.

Bonsoir mesdames, bonsoir messieurs,
Nos camarades et nous-mêmes sommes très fiers de vous présenter le travail que nous avons réalisé dans le cadre de l’option musique. L’année dernière nous avons travaillé sur la relation entre la musique et le cinéma dans les œuvres de Charlie Chaplin. Cette année nous avons continué à explorer ce thème. Nous nous sommes intéressés à deux films du cinéaste français Georges Méliès : Les cartes vivantes et Les nouvelles luttes extravagantes.
Georges Méliès est né dans la deuxième moitié du 19e siècle et mort à la veille de la Seconde Guerre mondiale. C’est l’un des premiers réalisateurs de films de cinéma (courts métrages) avec les frères Lumière. Georges Méliès a réalisé les premiers trucages de l’histoire du cinéma. Le film Les cartes vivantes, sur lequel nous avons travaillé, utilise diverses techniques de trucages inventé par Méliès comme l’arrêt de caméra, la surimpression, le grossissement et le rapetissement d’objets. Méliès a également réalisé des films sur des sujets politiques comme l’affaire Dreyfus (1899). Ces films sont muets ; il n’y a donc pas de paroles mais seulement de la musique pour les accompagner. La musique joue un rôle très important dans le cinéma parlant mais plus encore dans le cinéma muet. Dans les premiers temps du cinéma, des orchestres accompagnaient l’image dans la salle de projection. Les musiciens improvisaient, guidés par l’action représentée à l’image. La musique permet d’exprimer ou de renforcer les sentiments et les émotions évoqués à l’image.
Notre travail a consisté à réaliser un montage sonore, à partir de sons que nous avons produits et enregistrés. La production a consisté à utiliser les objets de notre entourage tels que des bouteilles, des bagues, notre voix également, pour obtenir des sons que nous avons enregistrés à l’aide de micros. Ces sons ont été modifiés grâce à un logiciel. Ceci nous a permis de créer une large variété de sons que nous avons ensuite associés et organisés de manière à produire une séquence sonore pour accompagner les deux films que nous avons choisis. Ceci nous a permis de composer des œuvres de musique électro-acoustiques.
Pour finir, nous tenons à remercier tout d’abord monsieur Perrin qui a eu la gentillesse de nous parler des débuts du cinéma et de nous permettre de vous présenter notre travail dans le cadre de la semaine cinéma. Nous voulons également remercier le compositeur Marco Marini, de « La muse en circuit », qui nous a enseigné les rudiments de la musique électro-acoustique et nous a permis d’en apprendre les techniques pour créer une pièce sonore. Il nous à également permis de mettre en relation la musique électro-acoustique avec les œuvres de G. Méliès.
Juliette Cuniasse, Marthe Correard

Chargement de la vidéo...

Partager l'article

Mots-clefs de l'article

musique / vidéos

Les autres articles de la rubrique

Partitions notées, annotées... à (...)

École alsacienne - établissement privé laïc sous contrat d'association avec l'État

109, rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris | Tél : +33 (0)1 44 32 04 70 | Fax : +33 (0)1 43 29 02 84