Sommaire

Sommaire

Recherche

Nous suivre

newsletter facebook twitter

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Disparition de Michel Butel (AE 1957)

L’écrivain et créateur de journaux nous a quittés le 26 juillet dernier

Article du 28 juillet 2018, publié par P. de Panafieu (modifié le 28 juillet 2018 et consulté 580 fois).

Jeudi dernier, le 26 juillet, disparaissait Michel Butel (AE 57), père de Mara (AE 2012).

Si son premier roman L’autre amour avait eu les honneurs de la critique en obtenant le Prix Médicis en 1977, il se définissait avant tout comme un créateur de journaux, et quel créateur !

"Nous ne sommes guidés que par cette inimaginable ambition : inventer un journal qui soit l’œuvre commune d’intellectuels, d’artistes et d’anonymes, un journal qui porte la presse à la hauteur d’une œuvre d’art" écrivait-il pour le lancement de son dernier journal L’impossible qui a paru entre 2012 et 2013.

C’est avec l’Autre Journal publié entre 1984 et 1992 que Michel Butel a pu approcher au plus près son ambition : lier tous les arts, toutes les approches qui ont en commun la liberté de penser, pour rendre compte de l’évolution du monde.

Francis Marmande résume ainsi l’expérience : "l’aventure la plus drôle, la plus éprouvante, la plus tonique, la plus sentimentale qu’on ait pu vivre. Des filles, des garçons, plus de talents au mètre carré que sur une scène free, avec des fous-rires, de la casse, des chansons, des rencontres provoquées, sans ligne définie, sans cahier des charges, toute sorte de petits complots joyeux. Des histoires d’amour, de ruptures et d’amitié, et un rapport plutôt inspiré à la dépense. Sans oublier cette chance, jamais à la portée des êtres humains, mais de leurs oeuvres, oui : savoir mourir et renaître. » (Le Monde du 1er octobre 2008)

JPEG - 323.6 ko

Michel Butel en classe de 2de AB en 1956

Il croyait à l’écrit, aux idées, au débat, à la photographie et au papier. "Nous avions l’ambition de vous faire acheter un journal papier. Oui : acheter, dans un kiosque ou une librairie, un objet pensé, avec un début, une fin, une petite œuvre, (...). »

Il avait gardé un attachement très vif à l’Ecole alsacienne. Apprenant le décès de Georges Hacquard, il m’écrivait : "Vous ne pouvez pas imaginer ma tristesse, elle est aussi vive qu’à la disparition de son épouse, elle est aussi vive que si c’était une personne de ma famille, et Georges Hacquard était, pour moi, une personne de ma famille, je l’ai aimé et respecté comme de trop rares proches au cours de ma vie. »

À Mara, si courageuse, et à ses frères, nous adressons nos pensées de profonde sympathie.

Post Scriptum.

Les obsèques de Michel Butel auront lieu au Cimetière Parisien de Bagneux,
le jeudi 2 août à 14h30.

École alsacienne - établissement privé laïc sous contrat d'association avec l'État

109, rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris | Tél : +33 (0)1 44 32 04 70 | Fax : +33 (0)1 43 29 02 84