Sommaire

Sommaire

Recherche

Nous suivre

newsletter facebook twitter

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Le cinquantième

Le cinuantième anniversaire de l’École a été célébré avec une grande solennité.

Article du 19 septembre 2011, publié par PO (modifié le 20 septembre 2011 et consulté 528 fois).

Théodore Beck : Mes souvenirs, 1890 - 1922

LE CINQUANTIÈME (LETTRES REÇUES À CETTE OCCASION)

Le cinquantième anniversaire de l’Ecole Alsacienne a été célébré avec une grande solennité, le dimanche matin, 25 janvier 1925, devant une nombreuse assemblée qui remplissait le grand amphithéâtre de la Sorbonne.

M. Gaston DOUMERGUE, Président de la République, nous a fait le grand honneur d’assister à cette séance. A ses côtés se trouvaient le Président du Sénat, le Vice-Président de la Chambre des Députés, le Ministre de l’Instruction publique, M. Paul APPELL, le grand patriote, recteur de l’Université, plusieurs parlementaires dont MM. Paul STRAUSS et Georges LEYGUES, le général Grand Chancelier de la Légion d’Honneur, le général GOURAUD, Gouverneur militaire de Paris, Théodore TISSIER, Président du Conseil d’Etat, M. ROUVILLOIS, M. VIAL, Directeur de l’Enseignement secondaire, M. Paul MATTER, Avocat général à la Cour de Cassation, le Préfet de la Seine et le Préfet de Police, les membres du Comité d’Honneur, la plupart des membres du Conseil d’Administration, et un certain nombre d’hommes politiques, d’universitaires et de personnalités représentant le commerce et l’industrie.

M. Jules SCHEURER, l’admirable Alsacien, président du Conseil d’Administration, prit le premier la parole. Il adressa quelques mots de gratitude à M. DOUMERGUE et aux hautes personnalités présentes ainsi qu’aux amis de l’Ecole ; M. Léon PASQUIER, président de l’Association des anciens élèves, M. Théodore BECK, directeur honoraire, M. PÉQUIGNAT, directeur, se firent vivement applaudir. Enfin M. le Ministre de l’Instruction publique fit ressortir les vertus libérales et l’esprit d’initiative et de progrès de l’Ecole Alsacienne, dont il dit les services rendus au pays.

Parmi les discours très appréciés et vigoureusement applaudis, celui de M. Th. BECK eut, plus particulièrement, les honneurs de la fête. Ses 31 années de directorat, son âge approchant de 90 ans (aujourd’hui 94 ans), ses relations familiales avec les élèves et les familles, sa haute idée de l’éducation, sa manière de préparer les enfants à devenir des hommes, lui valurent à cette occasion une manifestation de fervente reconnaissance. Lorsque son discours fut terminé, le Président de la République alla serrer la main du vieillard et les 2.500 auditeurs se levèrent pour accentuer ce beau geste.

Ce fut un instant très émouvant. Ce fut aussi une minute impressionnante que celle où M. le Ministre annonça que notre sous-directeur, M. DE SAINT-ÉTIENNE, après 50 années de services à l’Ecole, allait être nommé Chevalier de la Légion d’Honneur, et que les Palmes d’Officier de l’Instruction publique étaient accordées à MM. DUSSAUZE et LEHMANN. M. PÉQUIGNAT avait été nommé Officier de la Légion d’Honneur. L’éclat de la cérémonie fut rehaussé par l’exécution de quelques beaux morceaux joués par la musique de la Garde Républicaine, et par le chant de la classe d’ensemble vocal du Conservatoire conduite par M. BUSSER. Plein succès ! Ce fut une journée inoubliable qui sembla, elle aussi, assurer l’avenir de notre toujours rayonnant foyer d’éducation.

Extraits de quelques lettres reçues a cette occasion

Mon regretté mari n’a pas hésité à confier son beau-fils (Jacques LIOUVILLE) à votre institution, qui répondait à ses idées personnelles au sujet de la jeune Ecole, où l’Enseignement et l’Education forment un ensemble aussi parfait que possible.

Mme WALDECK-ROUSSEAU

Vous savez que je n’ai cessé de m’intéresser à l’oeuvre vraiment nationale de l’Ecole Alsacienne, qui a eu mon fils comme élève. Unissons, mon cher Directeur, nos deux vieillesses, et croyez à toute mon affection.

Léon BOURGEOIS, Ancien Président du Conseil, Président du Sénat

Si la liberté de l’enseignement n’était pas inséparable de l’idée républicaine, quel argument plus typique produire en sa faveur que l’exemple de l’Ecole Alsacienne ? Elle a offert un modèle d’éducation dont notre Université ne peut que tirer grand profit.

A. MILLERAND, Sénateur, Ancien Président de la République

L’Ecole Alsacienne s’est appliquée, tout en faisant comprendre à ses élèves comment chaque Français est solidaire de tous les autres Français, à développer en eux la personnalité et à éveiller la conscience individuelle. Son passé répond de son avenir !

Théodore TISSIER, Ancien Ministre, Président de Section au Conseil d’Etat

Je salue avec un respect reconnaissant l’Ecole Alsacienne, ses initiatives, ses efforts, ses succès. Elle a été, elle est encore une école de libéralisme et d’éducation paternelle, d’union sociale. Elle a bien mérité de la France.

Louis BARTHOU de l’Académie Française, Ancien Président du Conseil Ministre

D’un enfant, l’Ecole Alsacienne s’efforce de faire un homme. Ancien élève, je le sais mieux que personne. Nous avons vieilli ensemble, je l’aime toujours.

Jean CHARCOT, Explorateur

En ce jour de souvenir, ma pensée va naturellement vers votre belle Ecole Alsacienne qui a grandement contribué à la préparation de la victoire réparatrice. Elle a été un foyer rayonnant de patriotisme et de fidélité ; elle a droit à l’hommage reconnaissant de la démocratie républicaine.

Paul STRAUSS, Sénateur, Ancien Ministre

Volonté de progrès et d’autonomie morale, respect de la personne humaine, sentiment social, patriotique, tels étaient les principaux éléments de la Maison. Comme élève, j’en ai emporté une impression générale de clarté, de netteté, de plein air, de fraternité ; de ces années salubres je suis reconnaissant à la chère Ecole.

André CHEVRILLON de l’Académie Française

L’Ecole Alsacienne peut être fière de son oeuvre. Elle a élevé des générations dans l’amour de la science au service des causes justes ; elle a produit des hommes donnant leurs talents et leur volonté à la France. Elle a fait des essais pédagogiques heureux, que l’Etat n’aurait pu faire. Elle a servi les idées de progrès, de sage liberté, de véritable fraternité, d’éducation morale et de fervent patriotisme.

Paul APPELL de l’Institut, Recteur de l’Université de Paris

J’ai eu le privilège d’être associé à l’activité de cette Maison, à son beau programme d’enseignement moral, intelligemment appliqué. Laissez-moi vous dire que j’attribue à l’Ecole la formation spirituelle de mon fils, qui est tombé pour la France.

Raoul ALLIER, Professeur honoraire de la Sorbonne, Doyen de la Faculté libre de Théologie

De l’Esprit de l’Ecole, dont j’ai été l’élève, est demeuré cet esprit d’indépendance, d’amour du travail pour lui-même, de respect et de droiture morale. Profond et affectueux dévouement.

Paul MATTER, Membre de l’Institut, Avocat général à la Cour de Cassation

Fils d’Alsacien et confident de beaucoup de mes coreligionnaires qui se louent d’avoir été élevés par vous, c’est de tout coeur que je m’associe à votre fête et joins mes voeux aux vôtres, pour que ce jubilé soit l’aurore d’une nouvelle ère de prospérité et de progrès intellectuel et moral.

Israël LÉVI, Grand Rabbin de France

Souvenirs exquis et très vivants de l’ancien élève. Comme tel je me disais : « Mes enfants ne sont pas entrés dans une Ecole ». Voilà le secret d’un succès pédagogique.

Wilfred MONOD, Pasteur, Professeur à la Faculté de Théologie

C’est de grand coeur que je m’associe aux félicitations et aux voeux qu’on vous envoie de tous côtés. Plusieurs de mes amis sont d’anciens élèves de l’Ecole Alsacienne et quelques autres vous ont confié leurs enfants. Tous m’ont parlé de vous avec éloge, tous m’ont assuré que chez vous l’idée religieuse est encouragée comme le plus ferme soutien de l’éducation morale.

L’Abbé F. KLEIN, Professeur honoraire de l’Institut Catholique de Paris

Recevez ma haute et sympathique estime. Vous avez fait de cette modeste Ecole une institution modèle et d’intérêt national. Votre maison a su allier à la culture générale l’éducation des caractères et inculquer à la jeunesse le sentiment du Devoir et de la Responsabilité. Les causes qui ont fait son succès lui assurent un bel avenir.

BIENVENU-MARTIN, Vice-Président du Sénat, Sénateur, Ancien Ministre

Je suis profondément reconnaissant à l’Ecole Alsacienne d’avoir formé, dans le fils bien-aimé que j’ai perdu, un des plus beaux exemplaires de sa générosité par l’esprit, le caractère et le coeur.

Lucien DESCAVES, Homme de Lettres

J’ai passé, comme professeur, seize années de ma vie dans notre chère Maison. Notre foyer où l’on aime, subsiste, fier de son passé à juste titre et confiant dans l’avenir. Vous êtes toujours là, cher M. BECK, non plus comme directeur, mais toujours comme animateur et vivant symbole.

Paul SIRVEN, Doyen de la Faculté des Lettres de l’Université de Lausanne

Les heures passées sur les bancs de l’Ecole Alsacienne restent parmi celles que j’aimerais le mieux revivre.

André GIDE, Homme de Lettres

Ce milieu simple, cordial, respectueux de toutes les croyances, fraternel, amoureux de la Liberté et de la Patrie, était éminemment propre à faire de vos élèves de braves gens et de bons citoyens.

Charles BÉMONT de l’Institut , Ancien Professeur

Vous avez répondu si bien à mes espérances, que je ne perds aucune occasion de dire quelle belle oeuvre vous accomplissez dans la formation des enfants qui vous sont confiés.

Dr ROUVILLOIS Général, Médecin Inspecteur

La pensée qui inspira la création de l’Ecole Alsacienne fut juste, saine et pieuse. Je me souviens avec reconnaissance de l’atmosphère sérieuse et gaie, amicale et rassurante qu’elle m’offrit pendant deux semestres. Je souhaite que son bienfait dure pour le salut de la France et de la démocratie.

André LICHTENBERGER, Homme de Lettres

Comme tous les Français d’origine alsacienne, j’éprouve la plus vive sympathie pour votre chère Ecole, dominée par l’atmosphère patriotique, familiale, morale qu’on y respire. Je vous adresse mes très vives félicitations pour l’oeuvre déjà accomplie et celle qui vous attend encore.

J. H. DREYFUSS, Grand Rabbin de France

S’adresser à la conscience, à la raison et surtout au coeur de l’élève, lui faire accepter une discipline librement consentie, obtenir de lui le maximum d’efforts. tel est votre but.

A. DESTABLE, Conseiller à la Cour d’Appel

Si quelque chose peut me consoler de la mort de mon fils tombé pour la France, c’est la pensée que sa jeunesse a été entourée de votre affection. Vous avez développé chez lui le respect des convictions de chacun, le culte de la famille et de la Patrie.

F. KIOESS, Vice-Président de la Cour d’Appel

Je dois à la Mère Ecole toute mon éducation intellectuelle et une grande part de mon éducation morale. Je lui garde une profonde reconnaissance. Je ne crois pas qu’on ait pu trouver ailleurs une discipline à la fois plus ferme et plus paternelle. Mes années d’études à l’Ecole Alsacienne, elles ont été les meilleures années de ma vie.

G. PAGÈS, Inspecteur général honoraire, Professeur à la Sorbonne

Vous avez été dans l’Université une chose à part que tous ont admirée, que personne n’a décriée, que tous ont enviée. Reconnaissance affectueuse

GUIST’HAU, Ancien Ministre

L’Ecole Alsacienne est pour moi une source de très chauds souvenirs. Foyer de morale familiale et de patriotisme éclairé, elle a tout fait pour développer les plus nobles sentiments. La reconnaissance nationale vous est due.

C. CHABRIÉ, Directeur de l’Institut de Chimie Appliquée


Lire la suite.

École alsacienne - établissement privé laïc sous contrat d'association avec l'État

109, rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris | Tél : +33 (0)1 44 32 04 70 | Fax : +33 (0)1 43 29 02 84