Sommaire

Sommaire

Recherche

Nous suivre

newsletter facebook twitter

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Liberté

Article du 19 janvier 2015, publié par PO (modifié le 15 juin 2015 et consulté 495 fois). Logo : Dessin de Sylvie Serprix. © Le Monde

"Ecrire, lire, dire, même combat" : travaux d’élèves réalisés à la suite d’un échange entre l’atelier de lecture et l’atelier d’écriture, au lendemain du 7 janvier 2015.

Liberté

Un mot, c’est sacré
C’est une sorte de liberté
C’est un oiseau qui vole
Il a 1, 2, 3, 6 ou 12 lettres
Mais qu’il soit long ou court, petit ou ou grand
Chaque petit mot mérite un combat
Car un mot fait partie d’une phrase
Et une phrase fait partie d’un chapitre
Et un chapitre fait partie d’un livre
Et un livre fait partie de ma liberté
De ta liberté
De sa liberté
De notre liberté
De leur liberté
Et dans le livre il y a un dessin
Un dessin amusant, joli, romantique, triste
Mais chaque mot vaut la peine d’être gardé
Donc pour défendre le droit des mots
Et le droit des dessins
Soutenez Charlie et les esprits libres
Qui nous ont fait rire tant de fois
À travers leurs dessins et leurs mots
Mais qui ne feront plus rire
Ni moi
Ni toi

Francesca Aloisi de Darderel, 4e


La liberté est blessée dans son cœur.

Les meurtriers ont tiré pour faire taire, mais nous au contraire on veut parler, s’exprimer en l’honneur de la démocratie et de son droit. Le droit d’être libre.

Ce meurtre nous heurte profondément mais ne nous achève pas, loin de là. Il nous réveille. Il réveille notre peuple qui a oublié le sens du mot liberté, sa valeur. Tout le monde s’active, se mobilise. Les places sont inondées de français, des français touchés, blessés mais solidaires comme jamais.

Je suis Charlie, je suis français, je suis libre.

Marcel Thompson, 3e2


Le jeudi 8 janvier,

la tour Eiffel s’est éteinte durant 5 minutes car notre liberté a été attaquée, notre République a été bafouée, notre France piétinée. Mais la tour Eiffel s’est rallumée car on ne tue pas la liberté, on n’écrase pas la République, on n’abaisse pas la France.

Depuis ce jour, la France a décrété l’union sacrée, la France s’est rassemblée, la France s’est levée pour défendre le droit de marcher, de parler, de rire, d’écrire, de dessiner, d’aider, de s’exprimer, de penser, de vivre.

Baptiste Gibrat et Simon Munch, 3e2


Sur les vagues des océans

Sur le souffle du vent , sur le sable du désert
J’écris ton nom
Sur le droit le plus précieux, sur les pages imprimées, sur le trait dessiné
J’écris ton nom
Sur les discours engagés, sur les lames des guerriers, sur les larmes écoulées
J’écris ton nom
Sur les noms de Cabu, Charb ,Wolinski Tignous, Honoré, Maris
Mais aussi Voltaire et Eluard
J’écris ton nom
Sur les drapeaux colorés, sur la Tour Eiffel éclairée, sur les gens rassemblés
J’écris ton nom
Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître, pour te nommer
Liberté

Laurie Arbus et Rania Van Den Oweland, 3e2


Lettre aux terroristes

Messieurs,

Depuis le XVIIIe siècle, les hommes se sont battus pour leur liberté, celle que vous avez attaquée ce mercredi 7 janvier 2015.

Votre fanatisme envers votre religion aura coûté la vie de 12 personnes et aura fait aussi 66 millions de blessés. Suite à votre acte sauvage, votre religion a été mise en danger, des mosquées ont été attaquées. Puisque la liberté d’expression existe, vous auriez dû l’utiliser de manière plus pacifiste plutôt que de vous montrer lâches en utilisant la violence. Jamais aucun dieu n’a demandé à ses croyants de massacrer un autre peuple. Le terrorisme n’a pas de religion.

Nous voulons aussi vous dire que jamais vous ne pourrez nous ôter nos libertés car elles sont ancrées en nous. Le peuple entier s’unira pour la conserver.

Loredana Soumillon et SolèneTsang, 3e2


Ma liberté

commence là où s’arrête celle de l’autre. La liberté, c’est le pouvoir d’agir sans contrainte, C’est le pouvoir de s’exprimer, le pouvoir de bouger librement, de penser et d’écrire.

Le 7 janvier 2015 s’est passé un événement marquant dans l’histoire de France, le deuxième 11 septembre 2001.

Ils ont touché le cœur de la France : la liberté d’expression.

Le pays est en guerre. Le stylo est la seule arme pour se protéger et se défendre.

« Monsieur, je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous ayez le droit de le dire. »

Ainsi parlait Voltaire le philosophe du XVIIIe siècle.

Il faut se battre pour récupérer cette liberté et ne pas se laisser détruire.

Noa Attias et Adèle Roncey, 3e2


Charlie,

Nous sommes maintenant tous Charlie. Il n’y a pas seulement eu 12 morts et 11 blessés mais 12 morts et 66 millions de blessés. Nous sommes tous choqués par cet acte barbare qui heurte la liberté d’expression, un des droits les plus précieux de l’homme et le symbole de la démocratie.

Vous vous battez courageusement avec vos crayons pour exprimer votre opinion. Ils vous ont tué lâchement avec leurs armes pour vous faire taire.

Nous sommes en 2015, nous sommes libres de nous exprimer et nous ne pouvons pas mourir pour cela. Certes, des hommes sont tragiquement morts mais leurs dessins et idées resteront immortels car ils ont gagné.

Jade Cizeau-Zeeni et Dalia Haidar, 3e2


Ce mercredi,

des valeurs, des idéologies, notre liberté ont été bafouées. Cette liberté si précieuse nous a rassemblés, nous a réunis. Les drapeaux sont levés, le souffle patriotique respire encore. Charlie Hebdo vit encore. Leur journal sortira pour défendre leurs droits. Les hommes qui ont attaqué nos droits sont appelés héros dans leur pays, dans le nôtre barbares . Cette minorité de personnes n’installera pas la peur. Ils ne nous priveront pas de parole. Ils voulaient nous réduire au silence, ils n’auront obtenu qu’une minute.

Axel Tailleur, 3e2


Il pleure sur la ville comme il pleure sur mon cœur.

Quelle est cette douleur qui traverse mon cœur ?
Une liberté affectée par un crime commis à Paris
Charlie anéanti en perdant ses membres
Par une idée imposée qu’est la captivité
Et Paris en tremble
Ce cauchemar est désormais réalité »

Louis Tingaud et Zeno Spiga, 6e3


Le quatre-quarts de liberté

Il faut 200 grammes d’égalité, un zeste d’amitié, une louchée de bonnes idées, 4 œufs de fraternité.
Beurrer le plat d’indépendance, saupoudrez d’un peu de chance, mélangez avec une cuillérée de bonheur.
Puis attendez une heure ou plus.
Retournez le plat dans un plat d’amour.
Puis faites le faire un tour.
Sur un rayon de soleil
Pour qu’il nous émerveille !


Il pleure sur la ville

comme il pleure sur mon cœur
Quelle est cette douleur qui transperce mon cœur ?
Car c’est fini mon ami Charlie est parti
Je me languis de lui
Il est mort pour la liberté
Je ne l’oublierai jamais

Kiana Lemasson, Madeleine Iselin et Mélissa Mohebbi, 6e3


Mélangez de l’ambition à un soupçon de gentillesse

Ajoutez un peu d’invention et d’une cuillerée d’adresse
Mettez au four ce rassemblement d’idées et le tout cuit donne la liberté
Mais une fois les fauves arrivés
Ils nous l’ont mangée
Et désormais nous sommes tous chamboulés
Nous l’avons défendue
Ils l’ont entendue
Et nous allons la recréer
Vive la Liberté !

Tamara Amato, Hanna Crémieux, Isaure Médici, Romain Mathieu, 6e3


Pour avoir un gâteau de liberté

Vous devez posséder une pincée d’égalité, un paquet d’amitié, de l’huile de bonheur, une cuillère d’indépendance
Avec assez de consistance
Mais le plus important
C’est de ne pas être intolérant
Mélangez le tout et vérifiez que le tout a du goût, celui de la liberté
Croquez à pleines dents !

Amaury d’Aillaud, Amélie Bongers, Gabriel Peyrache, Irène Souty, 6e3


Recette du bonheur
(extraits)

Être toujours gentil.
Faire toujours de mauvais plats à manger.
Rire toujours de tout.
Mettre toujours des vieilles chaussettes dépareillées.
Se lever toujours de bonne humeur.
Être toujours heureux.
Être Charlie.


Qu’est-ce que le pays idéal ?

Je pense que le pays idéal est un pays où on a le droit d’exposer des idées sans se faire tuer, où on a le droit d’expression, où on est un être libre. Je pense que la liberté est vitale pour les êtres humains et ne doit pas être volée aux hommes. Le pays idéal est un lieu où le racisme est exclu et où les attentats n’arrivent jamais.

Et pourquoi la France ne serait-elle pas comme ça ? C’est à vous d’agir.

Athos


Non

Battez-vous contre la soumission
Prenons nos crayons et vos stylos
Et battez-vous avec les mots
Allez vers la liberté !
Exprimez vos sentiments sans attendre plus longtemps !
Destination : la liberté d’expression car dessiner et s’exprimer, c’est le plus cadeau de la liberté !

Marilou de Courville, 6e3


Après Charlie

Le 7 janvier est tombée une nuit
La nuit noire de douze hommes qui se sont endormis
Mais quelque chose de plus fort s’est élevé depuis
Non, la flamme de la liberté d’expression ne s’éteindra pas !
Ce n’était pas 12 hommes, mais des millions d’attaqués,
Des millions d’âmes qui venaient du monde entier.
Des millions de cœurs se sont alors arrêté de battre,
Des millions d’esprits ont rendu hommage à ce mot vivant de Liberté !

Félix Quéré, 3e2


Le 7 janvier dernier

Le 7 janvier dernier
Des hommes ont touché à notre liberté
Des artistes ont été assassinés
Pour avoir exprimé leur façon de penser.
Mais ils ont soulevé une nation pour toujours unie,
Criant dans les rues de Paris « Je suis Charlie »
Douze noms ont été pleurés
Mais demeurent à jamais dans nos pensées

Sarah Coustaty, 3e2

Articles liés

Je suis Charlie

solidarité avec Charlie hebdo

article mis à jour le 13/01/2015.

#JeSuisCharlie : liens, réunion, Vigipirate

article mis à jour le 29/01/2015.

Charlie en dessins

article mis à jour le 15/06/2015.

Partager l'article

Mots-clefs de l'article

#JeSuisCharlie

École alsacienne - établissement privé laïc sous contrat d'association avec l'État

109, rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris | Tél : +33 (0)1 44 32 04 70 | Fax : +33 (0)1 43 29 02 84